De San Francisco à Montréal : contreassimilation et adaptation culturelle dans la littérature québécoise francophone


le 19 avril 2013

Lieu : ENS, salle Beckett

De San Francisco à Montréal : contre-assimilation et adaptation culturelle dans
la littérature québécoise francophone.

Vendredi 19 avril, 17h-19h, salle Beckett
Conférence de Simon-Pier Labelle-Hogue (Ecole Normale
Supérieure, Université d'Ottawa).


La contre-culture, mouvement américain qui fit son arrivée au Québec pendant la
Révolution tranquille (1967), est encore très peu étudiée. Les critiques se limitent plutôt
à y lire une attaque massive des jeunes contre l’institution, à l’instar de ce qui a pu être
observé en France à la fin de cette même décennie.


Mais la méprise est compréhensible, car apolitique, informe et global, le mouvement a
rapidement été intégré à la culture populaire, voire mythifié. Une question demeure
donc en suspend : quelle est la place de la contre-culture? Dépendante d’un contexte
historique, visant des valeurs achroniques, sa théorisation devient rapidement un
fardeau, qui s’allège cependant lorsque nous prenons comme objet la littérature
québécoise. Alors que celle-ci s’identifiait en grande partie à la République, un
déplacement est survenu. De l’affirmation de Crémazie selon laquelle une littérature
iroquoise ou huronne en traduction vivrait plus aisément en France qu’une littérature
canadienne d’expression française, l’« institution » contre-culturelle a conséquemment
visé l’autarcie.


Dans cette optique, la conférence aura pour but de situer la contre-culture et d’évaluer
son activité qui, comme le titre l’indique, est basée sur une contre-assimilation de la
culture américaine. À cet effet, nous devrons (i) contextualiser la contre-culture sur le
plan social; (ii) décrire son conditionnement tant sociologique que littéraire et culturel;
(iii) parvenir à une définition fonctionnelle compréhensible selon les schémas de
Casanova et de Bourdieu mettant de côté le phénomène de traduction.
Bref nous tâcherons, avec un esprit un tantinet polémique, de prendre le problème à
revers ou d’oublier 200 ans d’histoire pour en réécrire une décennie.


Simon-Pier Labelle-Hogue est élève issu de la Sélection internationale de l’École
normale supérieure de Paris, et termine actuellement une maîtrise en linguistique à
l’Université d’Ottawa. Il poursuivra dès l’automne des études doctorale à l’Université
McGill, pour lesquelles il a reçu la bourse Vanier-Banting, la plus prestigieuse
distinction en sciences humaines au Canada.

Publié le 15/04/2013 à 13h02 par Tristan Leperlier

Identifiant :

Mot de passe :


Rejoignez-nous sur Facebook !

Entrez votre courriel pour être tenu informé des activités de francophonie-ens :




Entrez un mot :