Des constructions de la francophonie: un objet fuyant des médias français


le 16 novembre 2012

Lieu : ENS, salle Beckett

Des constructions de la francophonie: un objet fuyant des médias français

Vendredi 12 novembre, 17h-19h, salle Beckett
Conférence d'Anne-Laure Camus (Paris IVCELSA),
avec la participation d'Olivier Zegna-Rata.


La francophonie par la lorgnette des médias français.

La francophonie, par son caractère protéiforme, touche des questions et des
disciplines multiples. Objet littéraire, linguistique, politique, organisationnel, elle permet
des approches variées et complémentaires. Considérer en sus son caractère
transnational laisse entrevoir l’infini des possibles… L’idée est d’interroger la
francophonie à travers un prisme plus réduit et en particulier deux espaces : un espace
national (la France) et un espace de discours (les médias). A partir de cette double
entrée, l’objet se construit et se redéfinit.
L’analyse de la couverture médiatique de la francophonie par la presse quotidienne
nationale et les journaux télévisés s’appuie sur le concept d’événement et permet de
dégager des éléments récurrents. On observe ainsi le rétrécissement de l’objet
foisonnant en un objet uniforme qui se réduit souvent à sa manifestation bisannuelle
(Sommet de la Francophonie). L’étude de ces moments marqués par un dispositif
cérémonial fort et le protocole laisse toutefois envisager les aspérités de l’institution
francophone au-delà des conventions.
La francophonie est aussi affaire d’hommes, et les médias font la part belle au
témoignage : anonymes, artistes, acteurs institutionnels, tous partagent leur relation à
la langue française et reviennent sur leur histoire personnelle. Les enjeux se
dessinent, les forces opposantes et alliées se positionnement et se déplacent, suivant
la logique d’une sémiotique structurale, le monde anglophone apparaît en filigrane, le
corps professoral devient la force francophone et les médias construisent littéralement
les rapports de force dans un discours symboliquement très marqué.
Le traitement médiatique de la francophonie dans les médias français est aussi
l’occasion d’aborder les questions identitaires sous un nouveau jour : non au prisme de
« l’identité nationale » dont on parle si souvent, mais à travers des identités multiples
qui permettent d’envisager la francophonie comme élément structurant possible dans
un environnement national où elle trouve difficilement sa place.


Anne-Laure Camus est chercheuse en sciences de l’information et de la
communication au CELSA, Université Paris-Sorbonne. Après avoir enseigné le
français langue étrangère, elle est chargée d’enseignement sur les questions de
politiques linguistiques et culturelles, mais aussi en sémiologie, notamment analyse
des images fixes et mobiles dans les médias (presse, publicité, télévision etc.). Sa
recherche concerne d’abord l’étude de la francophonie dans sa sphère institutionnelle
avec l’étude des discours des Sommets. Elle rédige ensuite une thèse interrogeant la
francophonie comme objet médiatisé en France.


Olivier Zegna Rata est agrégé de lettres, ancien élève de l'ENS et professionnel des
médias. Il a travaillé pour France Télévision, le Conseil supérieur de l'audiovisuel et le
groupe Canal+. Il est cofondateur du site Afrik.com, portail internet francophone. Il est
aussi professeur associé à l'université d'Alexandrie et membre de l'Union
internationale de la Presse Francophone.

Publié le 12/11/2012 à 19h03 par Tristan Leperlier

Identifiant :

Mot de passe :


Rejoignez-nous sur Facebook !

Entrez votre courriel pour être tenu informé des activités de francophonie-ens :




Entrez un mot :